Histoire

La dynamique de Lussas a démarré avec la création de l’association Ardèche images en 1979 qui s’est engagée dans le développement du documentaire d’auteur. En 1989, Ardèche images organise Les États généraux du film documentaire, une manifestation qui réunit public et professionnels autour des enjeux esthétiques et économiques du genre. C’est en France un lieu incontournable pour les professionnels (et pour le public).

Dans le même temps Ardèche Images a constitué un centre de ressources, La Maison du doc, qui recense les documentaires européens francophones et propose une base de données et une vidéothèque professionnelle uniques en Europe.

A partir de cette notoriété, Ardèche Images a développé un secteur formation de première importance, l’École documentaire. Aujourd’hui l’école met en œuvre en partenariat avec l’Université Stendhal de Grenoble un master 2 "documentaire de création" option réalisation couplé à une option production. En complément de ces formations universitaires, l’Ecole documentaire organise des formations à l’écriture, aux fondamentaux de la production, mais aussi des rencontres professionnelles qui permettent l’insertion des étudiants en leur donnant l’opportunité de réaliser leur premier film grâce à l’appui de producteurs régionaux et nationaux et de télévisions locales
Par ailleurs, depuis plus de 10 ans, Ardèche Images a initié un programme de formations pour le développement du cinéma documentaire dans les pays du sud. Ce projet est aujourd’hui repris et développé par 2 associations : DocMonde (qui organise des formations et rencontres de coproduction à l’international) et Lumière du Monde (association de producteurs qui coordonne la production des films issus des formations). Les zones développées sont par ordre chronologique, l’Afrique sub-saharienne (programme Africadoc) l’Eurasie (EurasiaDoc), l’Océan Indien (Doc Oi), les Caraïbes et l’Amérique Centrale (Doc Amazonie Caraïbes), le Pacifique (Doc Pacifique), l’Asie du Sud (Asia Doc)…


Le programme le plus abouti est Africadoc qui comporte un master 2 réalisation documentaire de création à l’université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal, des résidences d’écritures, des rencontres professionnelles et un festival. Les autres programmes comportent à ce jour des résidences d’écriture et rencontres professionnelles. Ces dernières permettent, comme à Lussas, aux étudiants réalisateurs de faire leurs premiers films en créant des partenariats entre réalisateurs, producteurs et diffuseurs français. Ces coproductions se font souvent aussi grâce à l’appui du CNC et des Régions françaises.
Depuis 2014, soutenue par un programme européen, DocNet, association d’édition, valorise ces collections en créant, en coopération avec des partenaires africains, une plateforme de vente de films africains aux télévisions africaines avant de la développer sur les autres zones du monde.

D’une façon plus générale, la dynamique autour du film documentaire structure une filière culturelle et industrielle et une entité "Village documentaire" hors du commun. En effet, sont nées également 3 sociétés de productions (AIP en 1983, Adalios en 2003 et Les films de la caravane en 2011), une société de distribution (Andana en 2004), une association d’édition DVD (Doc Net en 2002), une association de diffusion (Histoire(s) de voir en 2007) et enfin film-documentaire.fr, créé en 2007, portail national de référence du documentaire.

Ce Village s’est structuré en 2012 en pôle territorial de coopération économique (PTCE) afin de structurer et développer la filière, mettre en place une gouvernance et porter des projets transversaux aux structures existantes, dont la mise en place de solutions immobilières adaptées et le développement de nouvelles activités liées au numérique.
 Au delà de ces missions opérationnelles, l’ambition des acteurs du village documentaire est de porter des valeurs communes et mettre en place une communication mutualisée.

Nos projets

Un espace immobilier est en cours de conception et ouvrira ses portes fin 2017. Il est construit par la Communauté de Communes Berg et Coiron. A l’entrée du village, « la maison » accueillera toutes les activités déjà présentes dont la formation. Des outils de post-production sont prévus (10 salles de montage, 1 salle d’étalonnage, 2 salles de mixage). Ce bâtiment offrira des espaces d’accueils temporaires ou permanents aux acteurs de la culture et de l’image.

Trois projets numériques sont en cours de développement :

 - une plateforme de vente de documentaires africains aux télévisions africaines développée par Doc Net (www.afriquendoc.tv)

 - une plateforme internet dédiée aux professionnels qui permettra dans un premier temps aux réalisateurs et producteurs d’inscrire leurs films à différents festivals, puis aux festivals et professionnels de visionner ces films pour leurs usages professionnels. Cette plateforme sera développée par Ardèche Images à horizon 2016

 - une plateforme grand public qui diffusera et coproduira des documentaires d’auteurs : Tënk, www.tenk.fr. Dans un contexte où les films d’auteurs manquent cruellement de diffuseurs, il est vite apparu indispensable de créer un projet qui mette en valeur les films tout en étant acteur de la production, en partenariat avec la filière. Tënk sera la chaîne SVOD du documentaire de création qui se placera notamment dans la continuité du travail de soutien au développement de la production d’une mémoire visuelle dans les pays du sud, mené à Lussas depuis 2002. Sa programmation sera constituée de documentaires de création, de programmes de flux (émissions d’actualité sur le documentaire) et de programmes spéciaux (duplex de festivals…).